• Film: Grand central, de Rebecca Zlotowski
     
    le jeudi 24 octobre à 20h à la Masc de La Penne sur Huveaune
     

    Histoire d'un amour fatal chez les ouvriers du nucléaire: Gary (Tahar Rahim) rejoint une équipe d'intérimaires dans une centrale nucléaire; travail dangereux qui  s'exerce par intermittence tant la contamination menace: plus on cherche à faire d'interventions de maintenance  pour gagner plus, plus le corps absorbe de doses de radio-activité. (L'industrie a ainsi résolu le problème de la contamination de son personnel fixe, en externalisant les risques sur du personnel intermittent "nomade" donc difficiles à contrôler). 

     Là, au plus près des réacteurs, où les doses radioactives sont les plus fortes, Gary tombe amoureux de Karole (Lea Seydoux) , la femme de Toni. L’amour interdit et les radiations contaminent lentement Gary. 

    Mettre en relation l'irradiation nucléaire et amoureuse, c'est l'originalité de ce film.

     
    Le débat portera sur le délicat problème du nucléaire civil en France et ailleurs.

    votre commentaire
  •  A l'occasion du Festival Alimenterre

    Lundi 4 novembre à 20h 
    à la salle Jean Renoir (MASC),
    Bd Voltaire, La Penne sur Huveaune  (Parking à côté)

    Le groupe des 9 du pays d'Aubagne 
    (Agglo Consommateurs Solidaires, ATTAC pays d’Aubagne, Casa-Tana,CCFD Terre Solidaire, Chasaadd-France, Com’étiK diffusion, Kassumay, Peuples Solidaires, Tabalé) vous invite à un débat sur la souveraineté alimentaire et l'accaparement des terres faisant suite à la projection de 2 courts métrages:

     
    Film réalisé par Marie-Monique Robin en 2012
     
    L’Accord de Libre Échange Nord-Américain (ALENA) promettait un développement des échanges commerciaux entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, dont les bénéfices irrigueraient toute l’économie pour le bien-être général. Seize ans après, le constat est amer. L’ALENA a laminé l’agriculture mexicaine. Le Mexique a du démanteler le système qui permettait son autosuffisance. Le maïs américain, transgénique et subventionné, a inondé le pays, vendu trois fois moins cher que le « criollo » local. Trois millions de petits paysans ont rejoint les bidonvilles ou tenté leur chance comme clandestins aux Etats-Unis. La malnutrition, l’obésité et la pauvreté ont gagné du terrain.
     

    Accaparement des terres : « Ruée sur les terres irrigables de l’Office du Niger »
    Film réalisé par Philippe Revelli 

    Ces accaparements se font sous multiples formes, le plus souvent avec la complicité des élites elles-mêmes, sans aucune concertation avec les populations locales. Ce sont à la fois, la paix sociale et la souveraineté alimentaire voire la souveraineté des Etats qui sont remis en cause !
    Au Mali, des accords portant sur plusieurs centaines de milliers d’hectares de terres agricoles de l’Office du Niger ont été signés entre le gouvernement et des investisseurs privés ou publics. Mal informée et rarement consultée, la population subit aujourd’hui les premières conséquences de ces grandes manœuvres foncières…
    La première convention à grande échelle par un investisseur étranger, Khadafy, date de 2004, connue sous le nom de Malibya pour 100 000ha, d’autres suivront pour atteindre aujourd’hui une demande couvrant près de 800 000ha, selon le recoupement d’informations, peu disponibles.
     
    Débat en présence de Materne MAETZ , économiste agricole :
    Ces deux films soulèvent plusieurs problèmes :
    - Quelle agriculture voulons-nous pour demain ?
    - Quelle souveraineté alimentaire pour les peuples ?
    - Quel rôle des citoyens et de la société civile dans des accords comme ceux de l’ALENA
    - Migrations de travailleurs (exode rural, familles éclatées, immigration illégale)

    Soirée Lundi 4 novembre


    votre commentaire
  • Le chemin de fer

    Le chemin de fer

    Panoramas du Pic de Bertagne

    Panoramas du Pic de Bertagne

     

    Panoramas du Pic de Bertagne

     

     

    Panoramas du Pic de Bertagne

     


    votre commentaire
  • Ce jeudi le but c'est le Pic de Bertagne avec sa boule.

    Depuis peu je revois ce sommet de chez moi : en effet les voisins ont du abattre un pin qui me masquait la vue ...

    Départ un peu avant 8h du parc de Saint Pons (Gémenos), direction tout d'abord la Glacière pour le petit déjeuner. Toute la montée se fait sans le soleil qui reste derrière les barres. J'ai choisi la montée par le chemin de la glace, par le vallon du Fauge ce sera pour une autre fois.

    Après la Glacière direction col du Fauge mais avant je vais faire un détour par le Pas de Cugens pour passer et m'arrèter au "Trou du Vent". Et aujourd'hui il souffle par le trou, le vent ! J'en profite pour faire quelques photos et une deuxième pause (à l'abri du vent ! )

    Puis je trouve le GR 98 qui passe à la Bergerie du Défens et au col de l'Aigle pour arriver après une rude et raide montée au col du Fauge.

    De là par un lapiaz je débouche sur la route qui mène à la "boule" et je prends ensuite le sentier qui contourne les installations de l'aviation civile pour arriver au-dessus de la falaise.

    La vue est exceptionnelle, je suis au point le plus élevé des Bouches du Rhône 1042 m (en vérité je ne suis qu'à environ 1020 m, car l'accés au radar est interdit ...). Quelques photos panoramiques et c'est reparti.

    Pour redescendre, c'est par la face nord assez raide qui conduit au col de Bertagne puis au col du Crau pour me diriger vers la Grande Baume.

    A partir de là je vais emprunter les chemins que descend Sébastien (fiston1) en VTT. Par moment je me demande comment il fait car moi-même j'ai du mal à pied !

    En chemin petite halte pour le déjeuner puis petit détour pour admirer le "chemin de fer" avant de traverser la Grande Baume (eh oui, il la traverse aussi en VTT).

    Puis je repère le chemin qu'il m'a indiqué qui débouche sur le CD2 puis je reprends un bout de route pour remonter et récupérer une autre sente et c'est la piste qui monte sous les barres de Saint Martin (je coupe quelques virages). Enfin ça y est, c'est terminé pour la montée, maintenant il n'y a plus qu'à descendre.

    Je cherche la trace jaune pour emprunter le sentier du Gour de Brest et c'est parti dans un chemin que l'on peut qualifier d'éboulis (Bravo pour les VTTistes, j'en croise d'ailleurs un).

    Finalement je me retrouve à Saint Pons au bord du Fauge, dernière petite halte avant de retrouver la voiture. Il est 15h. 

    Un peu plus de 18 km et presque 1200 m  de dénivelé, c'est bon pour aujourd'hui !

    Nuage rouge sur le Pic de Bertagne

    Nuage rouge sur le Pic de Bertagne

    Le Pic de Bertagne au petit matin

    Le Pic de Bertagne au petit matin

    Le "Trou du Vent" vu de la Glacière

    Le "Trou du Vent" vu de la Glacière

    La falaise du Pic de Bertagne

    La falaise du Pic de Bertagne

    Le "Trou du Vent"

    Le "Trou du Vent"

    Le col du Fauge

     Le col du Fauge

    Le lapiaz du Pic de Bertagne

    Le lapiaz du Pic de Bertagne

    La Glacière vu du Pic de Bertagne

    La Glacière vu du Pic de Bertagne

    L'entrée ouest de la Grande Baume

    L'entrée est de la Grande Baume

    L'entrée ouest de la Grande Baume vu de l'intérieur

    L'entrée est de la Grande Baume vu de l'intérieur

    L'entrée ouest de la Grande Baume vu de l'intérieur

    L'entrée ouest de la Grande Baume vu de l'intérieur

    A l'intérieur de la Grande Baume

     

    A l'intérieur de la Grande Baume 

    Pic de Bertagne et "chemin de fer"

    Pic de Bertagne et "chemin de fer"

    Retenue d'eau sur le Fauge

     

    Retenue d'eau sur le Fauge

     

     


    1 commentaire
  • La Candelle vue du Cap Gros

    La Candelle vue du Cap Gros

    Le Devenson au petit matin

    Le Devenson au petit matin

    Candelle et Cap Gros vus du Devenson

    Candelle et Cap Gros vus du Devenson

    De l'ile de Riou au Cap Gros

    De l'ile de Riou au Cap Gros

    Le Devenson vu du Belvédère d'En Vau

    Le Devenson vu du Belvédère d'En Vau

    Le Devenson vu du Belvédère d'En Vau

    La même vue ...

    Calanque d'En Vau et plateau de Castelvieil

    Calanque d'En Vau et plateau de Castelvieil

     

     


    1 commentaire